LA PLACE DU PLASTIQUE N'EST PAS DANS LES OCÉANS

Semaine européenne de la réduction des déchets 19-27 novembre 2016

Mercredi 16 novembre 2016 — A l’occasion de la Semaine européenne de la Réduction des Déchets (SERD), le groupe Werner & Mertz, producteur et spécialiste des produits d'entretien écologiques, souhaite revenir sur la question du recyclage et de la réduction des déchets.

La SERD est organisée chaque année par les autorités publiques compétentes en matière de réduction des déchets. Son objectif principal est d'inciter toujours plus de pays européens à participer à ce grand évènement en faveur de l'environnement. Depuis 1986, Werner & Mertz fait partie des entreprises qui œuvrent activement à la réduction des déchets et assure aujourd’hui une production entièrement écologique de ses produits.

 

LES PRODUITS D’ENTRETIEN FROSCH, AU CŒUR DE LA DÉMARCHE ÉCOLOGIQUE

Le groupe Werner & Mertz est présent dans la grande distribution belge avec notamment la marque Frosch. Ce fabricant de produits  de nettoyage utilise du plastique recyclé pour les emballages de ses bouteilles PET et se mobilise de plus en plus pour une meilleure durabilité dans la gestion des déchets.

  • Pour ses liquides vaisselle, produits WC et vaporisateurs en PET Frosch, Werner & Mertz produit aujourd'hui des flacons constitués à 100 % de plastique recyclé.
  • La marque a également fait le choix en 2015 de s’affranchir des tensioactifs classiques au profit de tensioactifs d’origine végétale issus de matières premières renouvelables (comme des huiles issues de cultures européennes - olive, lin, colza).

Ce qui permet à Frosch de produire des emballages 100 % recyclés et 100 % recyclables.

FROSCH SE MOBILISE POUR LES OCÉANS POLLUÉS

Les océans sont aujourd’hui gravement pollués par les déchets plastiques. La fondation Ellen Macarthur[1] prédit d’ailleurs le quadruplement de ce phénomène en 2050, année qui verrait la masse de plastique dans les océans, aujourd’hui estimée à 150 millions de tonnes, dépasser la masse de poissons présents dans les océans.

Comment le plastique se retrouve-t-il dans l’environnement ? 

« Sur les 78 millions de tonnes produites en 2013, 32 % finiront dans l'océan et 40 % atterrissent dans des décharges ou dans le sol. Plus ou moins 14 % seront incinérées et finalement, seule une part de 2 % sera réellement et qualitativement recyclée ». (© Fondation Ellen MacArthur)

Heureusement, de plus en plus de démarches voient le jour afin de combattre ce fléau. Un bon exemple en est l’initiative de FROSCH, qui se mobilise pour plus de durabilité dans la gestion des déchets et utilise du plastique recyclé pour les emballages de ses bouteilles PET. « L’initiative en recyclabilité de Werner & Mertz se mobilise pour encourager les entreprises à suivre cette démarche. Plus la demande de plastique recyclé augmente, moins de plastique se retrouvera dans l’environnement et les océans. » Souligne Benoît Renauld, General Manager de Werner & Mertz Benelux & France.

A côté des entreprises, Frosch milite pour améliorer le recyclage des déchets en PET du « sac bleu » en Belgique. En effet, une grande partie de ces déchets d’emballage n’est toujours pas valorisée de manière adéquate. Ils atterrissent à la place dans des usines d’incinération communales, pour servir entre autres de combustible auxiliaire.

AUJOURD’HUI, COMMENT LES EMBALLAGES PLASTIQUES SONT RECYCLÉS

On constate aujourd’hui encore qu’une grande partie des emballages plastiques, toutes industries confondues, ne sont toujours pas recyclés de manière adéquate. Ces déchets sont trop souvent perdus ou incinérés, ce qui génère 3 gr. de CO2 pour chaque gramme de PET brulé. Ainsi, le pétrole, matière première précieuse et épuisable, est gaspillé et nuit au climat en dégageant du CO2 alors qu’il aurait pu être réutilisé encore et encore.

Plus de durabilité dans la gestion des déchets contribue aussi à la réduction des émissions de CO2 produites par l'incinération du plastique. 

REVALORISER LE PLASTIQUE USAGÉ 

Concrètement, les bouteilles Frosch en PET sont aujourd'hui composées à 100 pour-cent de matériau recyclé et offrent ainsi une seconde vie au plastique. Cette initiative a pour objectif de renoncer au pétrole brut pour produire des emballages plastiques et à la place opérer un recyclage qualitatif du plastique.

Cependant, la plupart des fabricants continuent à produire leurs bouteilles neuves à partir de PET issu du pétrole brut, un mécanisme plus avantageux économiquement.

« Le problème global de la pollution des océans pourrait être combattu rapidement si les différents participants de l’industrie du plastique trouvaient un intérêt économique à changer leurs pratiques », rajoute encore Benoît Renauld.

Plus que jamais, Frosch souhaite sensibiliser les consommateurs et les entreprises à ce sujet qui nous concerne tous (et surtout nos enfants) lors de la Semaine européenne de la Réduction des Déchets  

[1] www.ellenmacarthurfoundation.org/